Contact
X
Porcelets - Acidification et performances techniques

Acidification et performances techniques

L’acidification d’un aliment à l’aide d’un complexe d’acide gras à chaîne moyenne améliore significativement les résultats techniques, notamment le gain moyen quotidien et l’indice de consommation. De plus, dans un contexte de démédication, cette technique évite l’utilisation d’antibiotiques à visée digestive.

L’essai a été mené dans un post-sevrage recevant 550 porcelets toutes les 4 semaines. Les porcelets sont sevrés à 21 jours avec une alimentation classique (aliment starter, aliment 1er âge et aliment deuxième âge). L’apport d’un complexe d’acide à chaîne moyenne dans l’eau est fait sur la moitié de la bande. Il faut savoir que cet élevage présente souvent des problèmes digestifs (fèces mous, entérite), sans cependant avoir un taux de mortalité élevé. Un diagnostic de colibacillose et de streptocoque a été posé sur les lots précédents.

Matériels et méthode

Les porcelets sont tous pesés individuellement au sevrage et une boucle est posée. Ils sont répartis dans les cases de post-sevrage selon leur poids et les rangs de portée. On trouve 276 porcelets par lot. Le dosage de l’acide est réalisé sur les différents aliments distribués. Les porcelets sont à nouveau individuellement pesés en fin de post-sevrage. Ils sont alors répartis en 5 salles de 8 cases. Aucun antibiotique n’est utilisé par voie orale.

Résultats

Le poids moyen de départ des porcelets dans les lots témoin et essai est respectivement de 5,83 kg et 5,8 kg. Le gain moyen quotidien sur la période totale est respectivement de 336 grammes sur 42 jours et de 389 grammes, soit une différence de 14%. Le niveau de croissance peut paraître faible et est à relier avec un statut sanitaire dégradé dans cet élevage.

Sur cette bande, un colibacille et une salmonelle ont été isolés à la fois sur des échantillons de fèces mais aussi sur des prélèvements faits sur des autopsies de porcelets en cours d’essai. Lors de la pesée en fin d’essai, des fèces molles étaient toujours observées sur le lot témoin.

 GMQ TémoinGMQ AcidifiantDifférence
Ensemble336389+ 14 %
1ère période179173- 3 %
2ème période518634+ 18 %

L’indice de consommation a aussi été étudié sur l’ensemble de la période. Le lot témoin présente un indice de consommation de 1,71 et le lot essai de 1,48. La différence est donc de 0,23 point pour une consommation moyenne journalière identique de 575 grammes.

 IC TémoinIC AcidifiantDifference
Ensemble1,711,48- 13 %

Les taux de mortalité sont pour le lot témoin et essai respectivement de 2 et 3,7%. Les causes de mortalité ne sont en majorité pas liées à des problèmes digestifs mais plutôt à de petits porcelets au sevrage et à des arthrites par la suite. Au vu de la problématique d’entérite rencontrée dans l’élevage (colibacille et salmonelle), la prévalence de la mortalité reste faible.

Discussions

Dans cet essai les performances de croissance et d’indice de consommation sont fortement dégradées et insuffisantes du fait d’un contexte sanitaire défavorable. D’après les résultats, l’acidification de l’aliment donne cependant de meilleurs résultats techniques, notamment sur le gain moyen quotidien et l’indice de consommation.

Dans ce contexte de désordres digestifs sans forte mortalité, l’acidification du tube digestif des porcelets a un effet très bénéfique sur les résultats et apporte une maîtrise de la flore digestive pathogène (colibacillose et salmonelle). De plus, dans un contexte de démédication, cette technique évite l’utilisation d’antibiotiques à visée digestive.

Depuis l’essai, l’ensemble des lots de porcelets reçoivent une acidification par voie orale. La diarrhée en maternité est aussi mieux maitrisée, ce qui permet d’obtenir de meilleurs résultats sur les lots suivants. Ainsi, les deux lots qui ont suivi ont été pesés au sevrage avec une période d’observation de 49 jours. Les performances de croissance sont de 409 grammes pour le lot témoin et 440 grammes avec l’acidification. L’indice de consommation sur ces deux lots est respectivement de 1,51 et 1,53.

Conclusions et avis du vétérinaire

Dans un contexte d’arrêt des antibiotiques après le sevrage, nous sommes confrontés à de nombreux élevages où la pathologie digestive est présente. Sans avoir une incidence clinique forte, elle se manifeste surtout par des performances de croissance dégradées ou insuffisantes.

L’apport d’un complexe d’acidifiant contenant des acides à chaîne moyenne est un moyen alternatif aux antibiotiques pour retrouver des performances correctes.

Pour plus de détails, merci de contacter le Dr Dominique Marchand.