Contact
X
formation BEA Epidalis porcelet paille

Premier bilan des formations « Le bien-être animal, une opportunité pour la filière ? »

Les vétérinaires d’Epidalis s’impliquent depuis 2017 dans la diffusion de cette formation :

Cette formation est axée sur l’image, la vidéo, le retour d’expériences terrain.

Elle ramène de la science et un discours positif dans un domaine ou l’on reste souvent dans l’émotionnel et le négatif. Nous voulons que l’éleveur s’approprie le thème du BEA et soit capable d’en parler au consommateur.

Elle est reconnue par le VIVEA et le FAFSEA.

La formation est structurée en 2 grandes parties :

Une première partie qui aide à mieux comprendre les controverses sur l’élevage et la vision qu’en a la société.

Une deuxième partie qui se divise elle-même en cinq chapitres en reprenant les « five freedoms », les cinq droits fondamentaux des animaux, développés au Royaume-Uni dans les années 60.

Les formations d’éleveurs

Une soixantaine d’éleveurs a été formée.

Bilan de 35 évaluations d’éleveurs :

 

 Très satisfaisantSatisfaisantPlutôt satisfaisantNon satisfaisant
Appréciation générale57%43%0%0%
Ambiance générale65%35%0%0%
Compétence et pédagogie du formateur86%14%0%0%
Durée, rythme63%31%6%0%

Bilan de 35 évaluations d’éleveurs

 

Ce qui nous a particulièrement marqué lors de ces formations éleveurs :

  • La durée des « tours de table » : 1 heure/10-12 éleveurs ! C’est vraiment un sujet qui vous interpelle, vous avez des choses à dire.
  • La richesse des débats, des discussions.
  • L’ouverture d’esprit de beaucoup de participants : tous les sujets peuvent être abordés, y compris sous un angle éthique.

Quelques commentaires de participants :

« Formation pratique, concrète, dynamique. »

« Va me permettre de me positionner et de discuter avec des arguments. »

« Beaucoup de place aux échanges. »

« A changé ma perception du BEA : je venais pour trouver des arguments permettant d’expliquer que tout était très bien aujourd’hui et je repars avec la conviction qu’il faut continuer à avancer. »

« Pas de réponse claire à la mise à mort (ne serait plus vrai aujourd’hui !). »

Il est important qu’un nombre important d’éleveurs se forme car la profession est attendue sur le thème du BEA par la DGAL.

A nous (vétérinaires, éleveurs) de montrer notre implication terrain et notre volonté de continuer à avancer sur ce thème : venez nombreux aux prochaines formations, vous ne le regretterez pas !