Contact
X

La gestion des mouches en élevage porcin

Les mouches sont des insectes nuisibles, vecteurs de germes (type E.coli, Lawsonia, Brachyspira, SDRP…) et de parasites (comme Ascaris suum), mais également source de nuisances (excitation des animaux, incommodation de l’éleveur, problèmes de voisinages…).

Une infestation de mouches est un problème de biosécurité au sein d’une bande et entre les bandes.

Il est donc nécessaire de maîtriser ces populations et cela passe par des pratiques simples à mettre en œuvre en élevage.

Sous quelle forme trouve-t-on les mouches en élevage ?

Les mouches adultes ne représentent que 20% de la population visible des mouches présentes dans le bâtiment (les œufs, larves et pupes étant invisibles).

A quelle vitesse les mouches peuvent-elles se multiplier ?

Le cycle de développement de la mouche est température-dépendant, donc, plus les températures augmentent plus le cycle sera court ! La durée de vie d‘une mouche adulte est de 2 semaines en été et peut aller jusqu’à 2 à 4 mois en hiver. Une femelle peut pondre jusqu’à 500 œufs en plusieurs pontes.

Ou trouve-t-on les mouches en élevage ?

Les adultes se trouvent sur les animaux, sur l’aliment, sur les déchets et détritus pour se nourrir, sur les matières fécales pour pondre, autour des fenêtres et néons (attirées par la lumière) et la nuit sur les plafonds, poutres ou fils aériens.

Les œufs se trouvent sur la matière organique chaude et humide (sur la surface des lisiers et fumiers).

Les larves survivent dans des milieux plutôt humides (entre 60 et 80% d’humidité) et jusqu’à 10 cm sous la surface. Si le support est trop liquide ou trop solide, elles meurent. Elles se nourrissent de matières organiques en décomposition.

Les pupes se déplacent vers une zone plus sèche.

 

Quelles sont les règles de prévention et de lutte à appliquer ?

Le contrôle des mouches est une tâche complexe qui exige une approche intégrée pour des résultats satisfaisants à long terme.

  1. Respecter le protocole recommandé, mesures chimiques, mécaniques et l’hygiène.
  2. Alterner des produits possédant des mécanismes d’action différents pour limiter au maximum l’apparition de résistances.
  3. Intervenir à différents niveaux du cycle de développement en utilisant simultanément ou alternativement adulticides et larvicides.

Contrôler régulièrement les populations de mouches (larves et adultes) et anticiper les traitements !

Dans la pratique, la gestion des mouches en élevage peut se faire par 2 axes : le milieu de développement des larves et l’utilisation de larvicides/adulticides.

Pour la gestion du milieu de développement, tout ce qui aidera à liquéfier le lisier et à empêcher la formation de croûtes permettra de limiter la survie des larves. Il est possible d’utiliser un brasseur, mais celui-ci ne peut pas être utilisé dans les salles en cours de lot. Vous pouvez également utiliser des solutions de complexes bactériens (type Cobiotex CPF) qui permettront une liquéfaction du lisier.

Les liquéfiants s’appuient sur des bactéries qui renforcent et orientent la flore du lisier, afin de digérer et liquéfier la matière organique qui y est présente. D’autres ingrédients, comme les enzymes, sont capables de « couper » les grosses molécules (fibres, coques de mais, …) pour les rendre accessibles à la flore liquéfiante du lisier. Ce travail de prédigestion par les enzymes est notamment utile dans le cas de rations riches en fibres ou en maïs humide (qui entraînent un risque accru de croûtes et de dépôts). Certaines bactéries administrées dans l’alimentation du porc (type Pediococcus contenu dans le Bactocell) peuvent également jouer un rôle positif dans la liquéfaction du lisier.

Ces pratiques doivent être complémentaires d’une lutte chimique. L’utilisation d’un larvicide et d’un adulticide le même jour permet de « casser » le cycle de la mouche et donne de bons résultats. Le larvicide est à épandre ou pulvériser dans les fosses, il possède une rémanence d’environ 6 semaines. L’adulticide peut être appliqué en badigeon sur des panneaux et suspendu dans les salles ou également pulvérisé sur les lieux où se posent les mouches et moucherons si les porcs n’y ont pas accès (tour de fenêtres, tuyaux, murs chauds, etc…). L’adulticide a une rémanence d’environ 6 semaines.

En fonction de l’infestation, il faudra renouveler le traitement larvicide et adulticide plus souvent (renouveler au bout d’une semaine en cas de grosse invasion). En cas de présence d’une fosse extérieure, gérer la fosse de manière identique au bâtiment.

Nous remercions notre partenaire technique Geosane pour la co-écriture de cet article et leur implication à nos côtés sur le terrain pour vous accompagner dans la gestion des problématiques d’hygiène de vos élevages.

    

 

 ProduitUtilisationPrésentation
LarvicidesNéporexEn épandage (2.5 kg/100m2)5 et 20 kg
AdulticidesSolfac UltraEn pulvérisation (100ml + 7 L d'eau:100 m2)500 ml et 1 L
Agita 10 WG BadigeonEn badigeon (250g+ 200ml d'eau/100 m2)1 L
Agita 1 GBEn granulé1 kg
Méfisto ShockDésinfectant et insecticide: bactéricide 0.5%, virucide 0.75% et insecticide 1%1.5 et 10 L